The Anthropology backdoor to the web

Bernard CLIST, son Curriculum Vitae en français - version longue

Bernard Clist DRC in 2015
Résumé français : - ORCID: 0000-0001-8521-6588

Bernard Clist, de nationalité française et britannique, est archéologue depuis 1982. Il a étudié les occupations humaines de l'Afrique centrale au cours de l'Holocène final. Il a participé à des campagnes de fouilles au Cameroun (1983) puis au Zaïre (1984), avant de diriger depuis 1985 des projets de recherches archéologiques, notamment en Angola (1987-1992), Gabon (1985-1995), Guinée-Equatoriale (1985, 1987, 2019-2020), et République Démocratique du Congo ou RDC (2012-2015, 2018). Il a publié ou copublié plus de 150 articles, 9 sites web et 8 ouvrages.

Entre 1985 et 1995 il a été le créateur puis le responsable du Département d'Archéologie du Centre International des Civilisations Bantu (CICIBA) au Gabon. Il y a fait partie d'un groupe de travail pour construire une base de données informatique multidisciplinaire et multi-supports sur les peuples de langue bantoue. Basé à Libreville (Gabon), avec Raymond Lanfranchi, il a créé le bulletin de liaison Nsi (1987-1992) et un réseau Sud-Sud d'archéologie englobant l'Afrique Centrale, la Zambie, le Rwanda et les Comores. Plusieurs bases de données consacrées à l'Afrique Centrale ont été créées : dates radiocarbones, documentation archéologique, sites archéologiques. La base bibliographique est toujours mise à jour par ses soins.

Sa volonté de restitution des connaissances aux chercheurs et aux populations locaux - avec le soutien financier de la France en partenariat avec les Centres culturels français- s'est matérialisée par une exposition d'envergure régionale itinérante (Aux origines de l'Afrique Centrale, 1990-1992), par une exposition nationale au Gabon suivie de la distribution à tous les professeurs d'histoire du pays d'une mallette pédagogique (Gabon: 100.000 ans d'Histoire et Archéologie du Gabon: livret à l'usage des enseignants du cycle secondaire, 1994-1996), ou encore par la rédaction et la diffusion au Gabon et en Guinée Équatoriale de livrets pédagogiques en langues nationales (2005, Découvertes archéologiques en République Démocratique du Congo ; 2020 Guinea Ecuatorial: más de 40.000 años de Historia reveladas por la arqueología). La même démarche fut adoptée pour l'environnement, donnant lieu à la publication du corpus juridique du Gabon avec la participation de la coopération canadienne (1996, Textes juridiques sur la protection des forêts, de l'environnement et de la faune au Gabon) et la mise à disposition depuis 1998 de tous les textes juridiques relatifs à l'archéologie française.

En 2005 il obtient son doctorat à l'Université Libre de Bruxelles (Belgique), basée sur son terrain au Gabon. Il travaille comme chercheur associé en 2005 et 2006 à l'UR 92 de l'Institut de Recherches en Développement avec Michèle Delneuf. Jusqu'en 2013 il a réalisé de nombreuses études d'impact environnemental pour des sociétés américaines, britanniques et françaises, au Gabon et en Zambie.

Entre 2012-2018, dans le cadre d'un projet ERC rattaché à l'Université de Gand et consacré au royaume Kongo, il coordonne le volet archéologie. Il a notamment dirigé les grandes fouilles des établissements de Mbanza Nsundi et Ngongo Mbata en RDC, cités importantes des anciennes provinces de Nsundi et Mbata du royaume. On peut consulter le site web archivé du projet, le blog de la mission 2015, et l'ouvrage de synthèse de 479 pages dont il est le premier co-éditeur. Celui-ci, publié en 2018, est le premier du genre en archéologie historique pour l'Afrique centrale.

En 2015, à l'invitation de l'Institut national angolais du patrimoine culturel, il a participé à l'équipe internationale chargée d'étudier les artefacts et les contextes des fouilles archéologiques menées en 2011-2014 à Mbanza Kongo, la capitale de l'ancien royaume Kongo. Cela a donné lieu à un rapport pour soutenir la candidature de l'Angola à l'inscription de Mbanza Kongo sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO. Il a également aidé en 2016 le ministère de la Culture angolais à répondre aux dernières questions et interrogations de l'ICOMOS. Depuis juillet 2017, Mbanza Kongo est sur la liste du patrimoine mondial, le premier site angolais de ce type.

Il participe à la conception du volet archéologie et paléoenvironnement d'un nouveau projet ERC 2018-2022 portant sur la RDC et les premiers villages au sud de la forêt équatoriale, et procède à une première mission en 2018. Il développe actuellement un projet de recherche sur les premiers peuplements villageois de la Guinée Équatoriale et prépare un ouvrage pour les British Archaeological Reports International Series à Oxford pour proposer une nouvelle analyse de nos connaissances sur l'Afrique centrale depuis -3.000 ans.

Il est actuellement chercheur associé de l'Institut des Mondes Africains (IMAF, Paris, France) et du Collège de France, ainsi que du Consejo de Investigaciones, Cientificas y Tecnologias (CICTE) de Guinée Équatoriale.

CONTACT
E-Mail : bernard.clist@gmail.com
@ since 2005 : Bernard Clist & 'The Anthropology Back Door to the Web'